24 septembre
LE CARGO SENTIMENTAL change de propriétaire et de Nom, il devient le "CARGO  RESTO"  
On était habitué à sa grande g...  à sa gouaille ......... et puis s'en va.
Une page qui se tourne  dans le Locmiquélic 
Bonne chance au repreneur
                                    °°°°°°°°°°°°
Locmiquélic. Le Cargo change de capitaine
29 septembre 2009 - C'est l'un des lieux les plus mythiques du pays de Lorient, le Cargo sentimental, bistrot poétique et décalé, à Locmiquélic, change de main.
Il portait le nom d'un livre de Cesare Battisti, Le Cargo sentimental devient «Le Cargo» tout court, Dominique Morazé, «Zerano», son capitaine au long cours, ayant emporté le nom avec lui, déposé à l'INPI (Institut national de la propriété industrielle). C'est en 1998 que cet ancien clown, peintre, artiste de théâtre, haut parleur et dégaine de pistolero, rachète le lieu et en fait un bistrot digne de Corto Maltese, un bric-à-brac irrésistible, chaleureux, bourré de souvenirs, de photos, de tableaux, d'objets et de mobilier de brocante. Ses souvenirs, Zerano en a décroché quelques-uns pour les embarquer avec lui dans de nouvelles aventures, mais il en a laissé pas mal à son successeur.
Un Mac sur le comptoir
C'est Marc Caboureau, jeune trentenaire, ancien directeur de l'Admiral Benbow, place Jules-Ferry, à Lorient, qui a décroché le pompon et se trouve à la tête de ce grand vaisseau de pirates, depuis le 1er septembre. Professionnel du bar depuis longtemps, c'est sûrement davantage à son passé de voileux qu'il doit le privilège d'avoir été «choisi» par Zerano pour reprendre son bébé. Il jure qu'il conservera l'esprit des lieux, qu'il en rêvait depuis plusieurs années. En voyant la lampe design et le Mac tout blanc qui trônent sur le comptoir, on aurait presque envie de crier au sacrilège, mais l'ambiance globale préservée, le zinc du bar refait à l'ancienne, les toiles exposées, rassurent un peu.

La godaille sous le comptoir
Il faut dire que le lieu, posé sur le port de Sainte-Catherine, a une histoire, tenu jusqu'à 80 ans par Mme Pahun, grand-mère du navigateur Jimmy, le bar était le repaire des marins du coin. Sous le magnifique comptoir années 1930, des portes, où les pêcheurs balançaient la godaille, une arrière-boutique où l'on gérait les payes dans des casiers... Plus tard, des concerts, qui continueront avec Marc Caboureau, tous les samedis, des fêtes et de la bonne bouffe, avec un nouveau chef (venu de Groix, Hôtel de la Marine et Auberge du Pêcheur) et des produits frais, poissons et fruits de mer en tête, plus un foie gras maison. Et pour rassurer les habitués, Pascal et sa casquette, au bar, restera le second du capitaine!