Raymond Rallier Du Baty

Locmiquelic

Né à Lorient le 30 août 1881.
Décédé à Talant (Côte d'Or) le 7 mai 1978 à l'âge de 97 ans. Sa tombe se trouve au cimetière de Locmiquélic.

Monsieur RALLIER, avant son décès, à fait don à la commune de Locmiquélic de plusieurs livres de sa collection personnelle. Ceux-ci sont disponibles à la médiathèque. Ils ont trait aux plantes et arbres et à leurs environnements.

Raymond Rallier du Baty a fait sa 1ère expédition avec le Dr J.B. Charcot en 1903 / 1905, ce qui lui a donné le goût de l’aventure. Il décide alors de partir avec son frère Henri aux Iles Kerguelen à bord du J. B. Charcot, le 22 septembre 1907 de Boulogne, avec un chargement de vivres pour 2 ans.

L'équipage arrive aux Iles Kerguelen le 6 mars 1908, pour une mission confiée par le ministère de 1a Marine, la Société de Géographie et le Muséum.

Le 10 juin 1909, ils levèrent l'ancre pour une traversée des plus dures vers l'Australie.

Rallier Du Baty a navigué sur ce navire.

Archives : Brevet de pilote

Fédération Aéronautique Internationale
FRANCE

Nous soussigné, pouvoir sportif reconnu par la Fédération Aéronautique Internationale pour la France, certifie que Mr Rallier du Baty né à Lorient le 30 août 1881 ayant rempli toutes les conditions imposées par la F.A.I, a été breveté Pilote Aviateur à la date du 9 mai 1912.

Commission Sportive Aéronautique.
Signature du titulaire : ...
Numéro de brevet : 864

Le JB Charcot

Raymond Rallier Du Baty se targue de n’être point superstitieux :
il choisit de quitter Cherbourg le vendredi 13 octobre 1907 !!

Locmiquelic
Locmiquelic

Informations générales :

Longueur : 20,65m
Largeur : 5,44m
Tirant d'eau : 2,88m
Surface de voile : 221,40m²

Equipage :

Henry RALLIER DU BATY : capitaine (27 ans).
Raymond RALLIER DU BATY : second (25 ans).
Jean BONTEMPS : bosco (43 ans).
Léon AGNES : matelot (22 ans.)
Eugénie LAROSE : matelot (18 ans).
Louis ESNAULT : cuisinier (16 ans).
Et le chien PATRICK.




Locmiquelic
Trajet du JB Charcot
Locmiquelic

Lettres de Charcot

Recommandation :

Je soussigné chef de l'Expédition Antarctique Française, commandant le FRANÇAIS (1903 – 1905), certifie que Raymond du Baty, élève de la Marine marchande, a fait parti de l'équipage depuis l'armement du navire en juin 1903, jusqu'au désarmement à Buenos Aires en mai 1905.
Je suis heureux de pouvoir certifier que je n'ai que des éloges à adresser à R. Rallié du Baty, tant pour ses qualités professionnelles qui en feront un excellent capitaine au long cours que pour ses qualités morales, pour son zèle, son énergie, son courage, son dévouement à toute épreuve.
Non seulement pendant la durée de l'expédition, il nous a rendu les plus grands services au point de vue navigation et observations scientifiques mais encore par son esprit et son entrain, il a largement contribué à soutenir le moral de ses camarades d’équipage.

Fait à Paris. 24 juin 1907.
J. B. Charcot
demeurant
11, rue de la Tour des Dames
Paris.


Lettre de Jean-Baptiste Charcot à Raymond Du Baty :

Paris le 12 .V. 1907

Mon cher Rallier,

Non seulement je vous autorise à donner mon nom à votre bateau mais je vous remercie très vivement d’y avoir songé et vous fiche mon billet qu’il n’y a pas de vœux plus sincèrement ardents que ceux que je fais pour la réussite de votre projet très chic, très crâne, très français. Vous paraissez avoir profité aussi bien que possible de l’espace dont vous disposez et vous avez bien fait de remplacer la barre franche par une roue. Je connais ce genre de bateau, vous pouvez aller loin avec ça, au bout du monde. Très bonne idée aussi les doris, j'allais vous en parler. N’oubliez pas une voile en fortune carrée, elle vous rendra d’énormes services dans la navigation courante et en cas d’avarie ou de démâtage deviendra indispensable.

Vous devez avoir vos listes d'instruments, vivres , etc. Apportez moi tout cela à la Pentecôte, il y a j'en suis persuadé un tas de petites choses que je pourrais vous faire avoir, mais il faut que je sache ce que je puis dire et ce que vous voulez que je taise. Beaucoup de gens désintéressés s’occuperont de nous quand on pourra parler et en réfléchissant bien nous ne risquerons pas grand-chose car je crois que personne ne cherchera à vous imiter.

Etes vous au courant des projets de Bossière que je connais, êtes vous bien ou mal avec lui ? C'est un homme intéressé mais votre projet devrait lui être agréable. Avec des capitaux belges, je sais qu’il prépare une expédition là-bas.

Le plus tôt que je pourrais le voir, le mieux pour vous parler de tout cela, je vous le répète, je crois que je vais vous être utile et je m’y évertuerai de toutes mes forces.

Votre bien affectueusement,
J.B. Charcot

Sainte Catherine

Raymond RALLIER DU BATY a acheté à sa tante* la propriété située à Sainte Catherine en 1925, et l'a revendue en 1975.

*(propriété acquise en 1880 par M. et Mme DE VOLZ, oncle et tante de M. RALLIER DU BATY)

Locmiquelic

Les îles Kerguelen

Locmiquelic

Partis de Boulogne en septembre 1907 pour arriver à Melbourne en juillet 1909, cette expédition permettra d’établir une carte valable des KERGUELEN.

Ils vendront le J.B. CHARCOT en Australie pour payer le voyage de retour... Mais, leur seule idée est de repartir, aussi, R. Rallier du Baty fait construire un nouveau bateau "LA CURIEUSE" de 17,60 m de long.

L'équipage est composé de 5 hommes et de 3 officiers :
- Capitaine : Jean Loranchet
- Lieutenant : Gorges Saint Lanne Gramont
- Maitre équipage : Serrandour
- Matelots : Yves André ; Albert Seyrolle : Louis Rabre
et Henri Boudoux

Le 18 septembre 1912, ils appareillent de Cherbourg pour un tour du monde de 5 ans, incluant un séjour aux Kerguelen qui durera d’octobre 1913 à mai 1914 , et pendant laquelle , ils dresseront une excellente carte de l'archipel.

Malheureusement, la guerre de 1914 /1918 arrive. Henry, frère de Raymond, mourra des suites au combat, au début de 1915 Raymond , pour sa part, s'engagera dans l'aviation , avant de rejoindre l'Office Scientifique des Pêches, et il effectuera une brillante carrière au cours de ses nombreux voyages scientifiques.

Sa retraite se passera à Locmiquélic, petit port de Bretagne, il décèdera à l'âge de 97 ans à Talant, le 7 mai 1978, et repose au cimetière de Locmiquélic.

Il existe un livre narrant les explorations de Raymond RALLIER DU BATY.

"Je veux découvrir quelque chose".

 

En 1907, lorsque Raymond Rallier du Baty abandonne ses rèves et décide de passer à l'action, personne ne le prend vraiment au sérieux. Il a 26 ans, de l'enthousiasme à revendre mais ses finances ne disent rien qui vaille. Qu'importe, ce fils de famille désire, quoi qu'il en coûte, rejoindre les îles Kerguelen à bord d'un voilier de 20 m en compagnie de son frère et de ses quatre autres compagnons. Qui plus est, il veut faire œuvre utile. Le voyage pour le voyage lui importe peu, ce qu'il souhaite, par-dessus tout, c'est recueillir des informations, mesurer, quantifier, étudier ces îles du bout du monde. En parfait philanthrope, le capitaine courageux parviendra à ses fins. Malheureusement, ses contemporains ne reconnaîtront jamais vraiment ses mérites. Les Anglais publièrent son récit de voyage en 1910. Il est aujourd'hui, et pour la première fois, traduit en français !

J’ai encore des précisions sur Altazin. Il semble qu’il s’agisse d’Emile Altazin, résidant à Boulogne au moment du départ de l’expédition de 1909 et qu’il ait apporté son soutien financier. Il est l’auteur d’un rapport pour les armateurs de Boulogne (1902) sur le transport du poisson par chemin de fer.
Votre question m’a donné l’idée de repérer l’origine de tous les toponymes donnés par Rallier du Baty. Gracie Delépine a fait un excellent travail pour identifier l’origine des 1353 toponymes des Kerguelen existant en 1973. Environ 180 noms ont été donnés par Rallier du Baty. Pour une trentaine d’entre eux Delépine n’a pas d’explication claire. J’ai pu compléter certains d’entre eux (comme Altazin). Pour d’autres je ne sais pas :
- Aldebert (anse)
- Anezin (îlot)
- Berger (pointe)
- Docteur Green (roches du)
- Feuillade (anse)
- Fontaine (Mont)
- Francis Michel (pointe)
- Gaby (île)
- Guibon (îlot)
- Jean Bart (île)
- Jules Laboureur (bras)
- Kernabat (îlots)
- Laboureur (îlots)
- Laure (pointe)
- Massar (île)
- Maunoir (pointe)
- Richard (pointe)
- Navalo (port) (certes le port breton du golfe du Morbihan mais pourquoi ?)
- Rothéneuf (certes le village près de Saint Malo mais pourquoi ?)

Il est possible que sa famille ait quelques idées sur l’origine de ces noms. Par ailleurs Raymond Rallier du Baty a donné des noms correspondant à sa famille.
Pouvez-vous me confirmer les attributions données par Delépine ?
- Guite Prénom de la femme de Henri Rallier
- Jubie (pointe) Parent de Jean Loranchet
- Jules Prénom du père de Henri et Raymond Rallier du Baty
- Léontine (port) Prénom de la mère des Rallier (Léontine de Portal)
- Levallois (mont) Nom de la belle famille des Rallier
- Louise (lacs) Sœur des Rallier
- Suzanne Prénom de la femme de Raymond Rallier

De Jean-Louis Peaucelle, Université de la Réunion.

1ère Guerre Mondiale

Locmiquelic

L'officier de liaison auprès de l'aviation maritime américaine en 1917, Raymond RALLIER DU BATY (à droite) installe le centre d'hydravions du Croisic.

















Locmiquelic

Mobilisé en 1915, Raymond Rallier Du Baty est pilote au centre d'hydravion de Salonique.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°           

2 ème guerre mondiale  39/45 
15 (?) février1944: le Maréchal ROMMEL, le Général FAHRMBACHER et le Général Hans SCHMIDT passe à Locmiquelic, puis visitèrent la Citadelle de PORT-LOUIS. Par ses responsabilités ou à cause de la Résistance, ces déplacements étaient tenus secrets. La raison de cette visite semble être sa responsabilité des fortifications du littoral. De plus, le Maréchal visitait les différents bunckers du littoral. Enfin la région de Port-Louis était a égale distance de Rocheffort en Terre et de la Baule. Ce lieu aurait donc pu constituer un point de repos entre les 2 visistes.