Le "MINAHOUET" est un mot et nom utilisé très couramment à LOCMIQUELIC  :

La première définition serait certainement aujourd'hui les habitants,les  LOCMQUELICAINS 
issus et demeurants sur la commune. 
Il y a une certaine fièrté, à juste titre,  de dire  je suis un "MINAHOUET". C'est un peu, comme autrefois, une personne disait  je suis un "calfat".
La deuxième et multiple raison est de définir un outil, utilisé dans la marine, sur les bateaux
Je laisse parler Christian LE ROUX, Président de l'Association "A LA MEMOIRE DES MINAOUETS":

 « L'origine remonte aux temps de la compagnie des Indes où les ouvriers, chargés du calfatage des bateaux et résidant aux abords de l'île Saint-Michel de Locmiquélic, étaient appelés "Minahouët", du nom de leur outil de travail », explique Christian Le Roux.
Quelle est l'origine du mot Minahouët ?
« Le calfateur utilise un outil appelé minahouët avec le burin et le chanvre. Tout le monde croyait que ce mot désigne le nom d'un outil n'ayant été utilisé qu'à Locmiquélic pour la construction des ossatures de bateaux en bois. On a donc nommé ainsi les habitants. La coutume a traversé les âges et les habitants sont encore surnommés ainsi de nos jours ».
Est-ce le bon nom pour cet outil ?
« Non, le minahouët est en fait une planche étroite percée au bout, et qui, pour un petit filin, remplace la mailloche à fourrer.
Cet outil, en chêne ou parfois en buis, sert, non pas à calfater les bateaux mais à fourrer les cordages afin de les renforcer et de les protéger contre les chocs, les frottements ou la corrosion due à l'air salin », commente le président s'appuyant sur des documents des services de la Marine de Marseille.
Le minahouët sert normalement pour les petits cordages. Leur répartition concentrée autour des quais et des appontements indique qu'ils ont été rejetés dans le port une fois devenu inutilisable.
En Méditerranée aussi
On retrouve ce type d'outil sur quelques épaves de Méditerranée. Certains datent du I er et II e siècles après Jésus Christ.

Constitués en majorité de chêne voire de buis, Ils sont longs en moyenne de 220 à 175 mm et large de 22 à 35 mm.

Mes recherches laissent penser que ce nom pourrait être d'origine Arabe. Un livre de 1970 (Jabbûr Abd al-nûr, Suhayl Idris, page 1098 donne comme définition de Minaouhet : Minaret  
Il  pourrait donc que cet outil viendrait des pays Arabes , au temps jadis, et serait issu de "MINARET"   
Chose bien sur à confirmer . Ayant des  relations dans ces pays, je vais tenter d'y voir un peu plus clair.
L'esposition de ce jour (25 octobre 2009 pour les 90 ans de la ville) a l'avantage de présenter tous ces outils. Seul celui qui permet de " fourrer " est normalement le vrai outil appelé "Minahouet" 
                                                 
 

                      Expo   des "90 ans de Locmiquelic" 27 10 2009 

                            

                       

LES MINAHOUETS ( bâteaux divers    Minahouet sous voiles

Minahouet sous voiles     Enregistrements sur Cahier des matricules
 

Au debut du siècle dernier, rare étaient ceux qui pouvaient s'offrir un voilier. 
La plaisance était réservée à de riches personnages qui faisaient construire puis naviguer de superbes unités. 
Le "MINAHOUET" fait parti de ces voiliers de prestige alliant confort et sécurité. Son pont voyait passer de jolies femmes en crinoline, des hommes en costume soigné et casquette impécable.
Aujourd'hui faire naviguer de telles unités représentent une aventure exceptionnelle.

En fait il y a beaucoup de bateaux à s'appeler MINAHOUET 
Du DUNDEE au voilier simple et même au constructible soi même.

Le nom de MINAHOUET est vulgarisé dans la Marine. 

Minahouet 1921

Le MINAHOUET de 1921 appartenient aux Armateurs  Julien QUERRE, domicilié  Rue Poissonnière  à Lorient au 3/4 et Consorts pour le reste (LAURENT Lucien, Ingénieur à PARIS pour 4/30 ème ; Madame  veuve BENNAICHE, née Jenny Saboudrin pour 4/30; Monsieur DELHUMEAU, aramteur à l'île d'YEU pour 3/30 ème; Monsieur DAIN Henry, Ingénieur à PARIS pour 3/30 ème; Monsieur GRASSET Auguste, Ingénieur à PARIS pour 3/30 ème; Monsieur GRASSET Auguste Ingénieur à PARIS pour 3/30 ème; Monsieur WELLY Ingénieur à PARIS pour 3/30ème; Monsieur De La VILLEFRONCOY Jean, armateur à LORIENT pour 3/30ème; Monsoieur LE RUDELIER Louis, Constructeur à BELLE-ILE pour 3/30ème).
La construction démarre en 1921 à LE PALAIS  par l'ancien Chantier GUILLAUME (successeur LE RUDELIER et BONNE).
Il est francisé à LORIENT L2015,  le 13 juin 1921 sous le n° 765 et armé sous le n° 161 le 16 juin 1921 . Il est destiné à la pêche du thon et au chalut. Son port d'attache est LORIENT. Il jauge en net 42,86 tonneaux. Ses dimensions sont de 17,73 m. de long, 5,82 m. de largeur et a un creux de 2,88 mIl est immatriculé sous le nom de  MINAHOUET L2105.
Il est désinscrit le 1 juin 1922 et réinscrit le 16 juin 1922; désinscrit le 1 juin 1923 et réinscrit le 16 juin 1923, pour 1924, les dates sont  le 15 juin et le 16 juin; pour 1925 , les dates sont 3 juin et 13 juin; pour 1926 le 17 juin et le 18 juin; pour 1927 le 9 juin et le 10 juin: pour 1928 le 9 juin et le 10 juin, pour 1929 le 9 juin et le 10 juin. Il est vendu le 25 novembre 1929 à Monsieur PHILIPPE Frédéric, patron pêcheur à LOCMALO/ PORT-LOUIS. En 1932, désinscrit le 14 juin et reinscrit le 15 juin à PORT-LOUIS, désinscrit le 13 octobre 1923 à PORT-LOUIS, réinscrit le 9 juin 1933 puis à nouveau désinscrit 
à le 23 octobre 1933 toujours à PORT-LOUIS. En 1934, réinscrit le 6 juin et déinscrit le 9 octobre 1934. 

MINAHOUET II
Celui ci est un remorqueur équipé d'un moteur à  vapeur. Il appartient à J.B. GETTEN de SAINT BRIAC  en Ile et Vilaine.
Son port d'attache est SAINT NAZAIRE. Son tonnage brut est de 41,10 T.; la jauge brute totale est de 16,53 tonneaux; ses dimensions sont de: Longeur: 16,56 m,; Largeur:4,03 m.et son creux  de 1,97 m. Date de francisation 6 décembre 1912.
Ce navire a été vendu à SAINT NAZAIRE le 6 décembre1912 N° brevet 45 498.


MINAHOUET II (bis)  
Un autre document  (Journal de la marine du 16 novembre 1912) fait état d'un MINAHOUET II, yacht de pêche construit dans les chantiers de FONCILLON, à ROYAN, par Monsieur A. GAURAUD, echitecte naval constructeur pour MM MOREAU frères, de SAINT NAZAIRE.
Ce MINAHOUET II a les dimensions suivantes:
Longueur: 14,50 m.; Largeur:4,03 m.;Tirant d'eau: 1,80 m.; Hauteur sous barrots de pont dans la chambre: 1,70m.
L'intérieur est divisé comme suit : un  poste avec 2 couchettes, cuisine, WC, lavabo, une chambre à 2 couchettes et banquettes caisons; un salon avec canapé formant couchette, diverses armoises penderies babord et tribord. La soute à voile occupe une partie de l'arrière et peut faire cabine pour le meteur
MM MOREAU ont adopté le gréement  de yawl, avec tape-cul se bordant sur le couronnement  sans arc-boutant. Ainsi que vous l'avons dit, le MINAHOUET est très haut de franc-bord avec des  pavois de 0,40m
 Minahouet II MOREAU et frères

MINAHOUET (ex épave) 
Ce bateau MINAHOUET est une épave appartenant à M.CAGNARD Charles de LOCMIQUELIC Impasse n°3 référence A 12-9N.201 de 1 tonneau 21. Ce bateau est vendu le 16 août 1957 à M. LE MAOUT Pierre 19 rue BEAUVAIS à LORIENT. Il est inscrit en 1957  Ae 14-6-57 N° 343.
En remerciant  Jean Yves Le Glouahec pour ses recherches sur ce nom mythique 

Un autre bâteau MINAHOUET
 Minahouet, dont le premier exemplaire a été construit fin 2002, est la synthèse de mes plans antérieurs, notamment Aber et Ilur. J'ai cherché à faire un voile-aviron aussi équilibré que possible : assez porteur pour une navigation familiale à la voile, léger et de largeur modérée pour le plaisir de l'aviron. Des dispositions nouvelles en améliorent le confort d'utilisation : puits de dérive abaissé facilitant les mouvements de l'équipage à bord, rangement des avirons en abord sous bancs, coffres de rangement. Deux versions de gréement ont été prévues : le misainier classique et le sloup au tiers (photo). Dans ce dernier cas, il est possible d'avancer le mât et de naviguer sans foc, ce qui en fait un gréement idéal pour une navigation en solitaire.
Minahouet est conçu pour être accessible à un plus grand nombre de constructeurs au moyen d'un kit à base de contreplaqué découpé sur machine numérique. Des gabarits s'imbriquant les uns dans les autres permettent de monter dès le premier jour un mannequin d'une grande précision. Les pièces de contreplaqué, y compris les bordés à clin (CP de 9 mm), sont livrées en quasi-totalité à la cote exacte et ne nécessitent aucun ajustage : adieu les doutes et interrogations du traçage et des équerrages.
                                  François Vivier Architecte Naval
                                 (www.francois.vivier.info)


                                  Bateau avec voile minahouet

   Un navigateur nous a présenté son bateau équipé d'une voile nommée "MINAHOUET". Ce navigateur va participer à BREST 2008 avec une flamme LOCMIQUELIC. Merci à Mikael Le Gall
(site : www.francois.vivier.info et www.francois.vivier.info/Img/minahouet.pdf).
 

Locmiquelic

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Autre Minahouet (le 1er probablement à porter ce nom mythique)

 

 

 Le Minahouet, le dernier des bateaux-pilotes construits pour l'estuaire de la Gironde, Minahouet est un des plus beaux bateaux du patrimoine
Une folle histoire
Un voilier qui est aujourd'hui le dernier représentant de sa lignée, les pilotes de l'estuaire de la Gironde. Pour l'occasion, le réalisateur Jean-Luc Blanchet, qui prépare avec Bernard Mounier un film pour France 3 sur l'histoire de ces bateaux-pilotes, avait d'ailleurs embarqué à bord du Minahouet, tout le week-end. Un bateau dont il a suivi toute l'aventure de la restauration. Car le Minahouet, c'est une belle histoire.
Construit en 1912 à Royan, il fut d'abord armé pour la plaisance, avant d'assurer le pilotage dans les estuaires de la Loire et de la Gironde, pendant la Première guerre mondiale. Mis à l'eau le 23 septembre 1912, il obtient son premier brevet de francisation provisoire le 1er septembre de la même année. Armé à la plaisance, les douanes de Saint-Nazaire lui délivrent son acte de francisation définitif le 1er février 1913.
Pendant la guerre 1914-1918, il passe au pilotage dans l'estuaire de la Loire, puis il retourne à la plaisance.
En 1919, il retourne à la plaisance, et servira, tout au long de sa carrière, à la pêche.
 De 1939 a 1945, il est requis pour la pêche au départ de La Rochelle et, chose rarissime pour un yacht, il est réquisitionné par la Marine nationale et armé comme dragueur de mines.
Il devient bateau école de 1959 à 1965 à Lorient.
Nombre de navigateurs aussi célèbres qu'Éric Tabarly, D'Aboville ou Victor Tonnerre ont embarqué sur ce petit bijou, avant qu'il ne soit oublié, et abandonné à l'état d'épave.
 De retour à la plaisance, il est francisé en 1969 à LORIENT sous le numéro 5996. Il change plusieurs fois de propriétaire et sa carrière manque de s'achever dans une vasière à La Tremblade dans les années 1980. Suite à une saisie judiciaire, il est acheté par M. Paris en 1986. 
  . Sa restauration commence en 1987, mais faute de financement, elle s'arrête quelques mois plus tard. A nouveau, Minahouet est abandonné au sec près d'un chantier.
Acheté en 1992, il est pris en charge par l'association Voiles d'Iroise.
Une épave rachetée en 1992 par Jack Briois qui, avec son association "Voiles d'Iroise", va se battre pour sa restauration. « Une histoire d'amour, et surtout un coup de folie, auquel j'ai consacré tout mon argent et un quart de ma vie, dit-il. On l'a restauré comme un Stradivarius. Certaines pièces ont été refaites jusque trois fois ». Après quinze années de travaux acharnés et méticuleux, s'appuyant exclusivement sur de vieux clichés du bateau et des documents d'origine, le Minahouet était enfin remis à l'eau, en juin 2007, dans le Morbihan
Et Jack Briois de saluer le travail des 200 membres de l'association, et surtout de Catherine Billet, l'élue concarnoise et trésorière de Voiles d'Iroise, « sans qui je ne serais jamais allé jusqu'au bout de cette aventure ».

Depuis, le Minahouet s'est posé à Pont-Aven, et navigue au gré des disponibilités de chacun. Mais le rêve de Jack Briois serait de pouvoir amarrer son bateau à Concarneau. « J'ai fait toutes les démarches, mais il n'y a pas de place. C'est dommage, car ça pourrait apporter un plus, pour la ville. À Pont-Aven, l'été, c'est une véritable attraction ». Le message est donc lancé, pour trouver une petite place pour un bateau du patrimoine de plus, à Concarneau. En attendant, après une année 2008 consacrée à faire naviguer les bénévoles, 2009 relancera les sorties à l'attention d'enfants en difficulté, que ce soit pour des raisons sociales ou de handicap. « Car le but de l'association, ce n'est pas que de restaurer un bateau, souligne Jack Briois. C'est aussi de faire naviguer ceux qui n'en ont pas nécessairement les moyens ».

 1 JUIN 2010
Jacques propose, tout cet été la possiblité de voyager sur ce mythique navire 
Voir conditions sur la page : LOCMIQUELIC  NOUVELLES FRAICHES   ( www.voiles-d-iroise.fr)