Locmiquelic, ex voto de la frégate "LE BRILLANT" à QUELVEN en GUERN 

Jean Yves LE LAN, expert en Généalogie, a fait de nombreuses recherches , suite à un curiosité : un ex voto d'une Frégate dans une chapelle à QUELVEN.
La conclusion de ses travaux déduise que seul un navire portant le nom de "LE BRILLANT" répondait aux conditions. En effet, ce navire était armé à LORIENT en 1744, possédait 54 canons, 427 hommes d'équipage et enfin que 47 hommes de RIANTEC étaient embarqués. De plus, il présente les mêmes caractéristiques que la 1ère maquette (ex-voto)
La tradition religieuse voulait que, si il y avait des marins de sauvés, lors d'un naufrages, ceux si faisait un don ou un remerciement à une chapelle, soit en l'occurence une maquette de leur navire.
Cette maquette fut construite en 1746 par des marins pêcheurs du village de LOCMIQUELIC, suite au naufrage du BRILLANT du à une tempête le 3 décembre 1744. Elle porte le nom de "Notre Dame d'Amour", qui peut faire penser à Notre Dame de LARMOR.
Ensuite, elle aurait été offerte à Norte Dame de QUELVEN, compte tenu de l'obédiance de ce lieu de pélerinage voué à la Vierge.
La maquette actuelle est plus petite que l'original. En effet, en 1975, compte tenu de son état, est retirée et mise aux Archives Départementales de VANNES.
En 1979, une association voit le jour afin de rénover la maquette. Toutefois, la nouvelle maquette est construite dans des dimensions plus réduites. 
Le 15 août 1982, l'ex-voto retrouve sa place dans la chapelle de QUELVEN.
En fait, cette maquette a eu une vie mouvementée et bien curieuse
Elle est en 1746 à LARMOR,puis en 1750 à QUELVEN jusqu'en 1789, puis à LORIENT en 1846. A cette date l'inscription "RIANTEC" y est portée. Le 15 août 1922, suite à une rénovation, elle est portée par 70 personnes en pélérinage à QUELVEN. 
En 1921( restauration de la peinture) puis en 1925, puis en 1943,en 1979 et enfin en 1982 MOnsieur Bruno de LA BARRE l'a restaure à nouveau.
En 1994 elle est déclarée "Monument historique"  Référence PM53000367 e tpropiéré de la commune de GUERN.
En 1970, le 25 janvier , elle classée : au titre d'objet , catégorie sculpture Oeuvres de France
Caractéristiques de l'ex-voto:   
Matériaux: bois taillé polychrome
Structure: fonctions combinées 
Description: maquette votive sur membrures d'un vaisseau de combat trois mâts carrés de 60 canons. Vaisseau sous grand pavois d'architecture navale, début 18 ème siècle, combat trois mâtscarrés de 60 canons, à 3 ponts ( 1er pont de 26 canons, 28 canons pour le 2ème et 6 pour le 3ème, un château arrière sur 2 niveaux. En gréement: mâts d'artimon, de misaine, de beaupré et grand mât, bout dehors, corne,  vergues, habans, hunes et étais. Flamme de guerre et pavillon national. Mobiliers: 2 chaloupes, dont une manque ,  2 autres chaloupes dont une maque aussi et leurs bossoirs.  53 canons, 2 ancres, cabestants, dunettes, cloche en cuivre ( non proportionnés) , figure de proue en boissculpté doré (représentant Notre Dame  ??). Polychromie: carène en vert ancien; entre sabords, chaloupe, partie basse des mâts en blanc, 3ème pont et dunettes en brun, entre ponts, vergues canons et mantelets en noir; figure de proue en doré. Support: la maquette repose sur un bâti en bois de prolongent 2 paires de brancards, utilisées pendant les porcessions. 
Dimensions: hauteur= 235; largeur = 250; profondeur= 50.
Etat: oeuvre restaurée, catégorie: sculpture
Edifice de conservation: chapelle de notre dame de Quelven.
Précison état: il manque des chaloupes.
Précision inscription: 1750 RIANTEC 1921 (peinte sur les deux niveaux du château arrière); Date 1921(peinte sur les deux niveaux de u château arrière)
Inscriotion: NOTRE DAME D'AMOUR (sculptée sur les 2 niveaux du château arrière)
Sièce: 3 ème qaurt de 18 ème siècle 
Date: 1750

LISTE DES MATELOTS de RIANTEC formant l'équipage  du "BRILLANT" 
.Joseph VISDELOUX fils de Jean 32 ans
.Jean LE ROUX fils de Joachim 24 ans 
.Jean MULET, fils de Jacques 22 ans
.Vincent QUERVADEC, fils de Martin 29 ans
.Nicolas DAVID, flis de Pierre 21 ans
.François LE LAN , fils de Yves, 20 ans
.Jean LAMER , fils de jean 23 ans 
.Joseph SONNIC, fils de Jacques 24 ans
.Jean MOILLO, fils de François 24 ans 
.Yves LE COSTAOUEC, fils de Guillame 26 ans 
.Jean JEANO, fils de Luc 20 ans
.Jean GARDIEN, fils de Yves 20 ans
.Bernard TURPIN, fils de Bernard 19 ans
.Louis PERROT, fils de Guillaume 20 ans
.Joseph QUERVANT, fils de Pierre 20 ans 
.Joseph LE GUEN, fils de Jacques 20 ans 
.Pierre GLENEC, fils d' Yves 20 ans
.Jean DANIC,fils d'Yves 22 ans
.Jean Baptiste CARRET, fils de François 18 ans
.Pierre TUAUD (noté TUAUDEN au désarmement) fils de Gilbert 18 ans 

Chapelle de QUELVEN en GUERN    Notre Dame de QUELVEN

                                      EX-VOTO chapelle de QUELVEN (56) 

La construction de cette chapelle fut entreprise au XVIème siècle. Une pierre porte encore une inscription gothique : "il fut fé + par Bigouin 1582, ce qui situe la date ou furent mises en place la charpente et la toiture. Une autre inscription du recteur Yves KERJEAN ," 1600-1630" , laisse penser que la construction avait commencé de son temps. L'édifice a subi diverses restaurations.L'ancienne tour dont la flèche était plus fine et plus elegante s'est écroulée en 1837. La réfection fut inaugurée le 16 mai 1841 et les travaux terminés en 1862.
Or mis la statue ouvrante, elle possédait  la SCALA que les gens du pays appelle ER HALVAR. 
Le mot de QUELVEN vient de "cellule blanche"  et donc par interprétation " cellule de la BLANCHE ou VIERGE".
Le pardon de QUELVEN est célébré le 15 août  , il est le 3 ème par son importance dans le département, après ceux de Sainte ANNE d'AURAY et celui de JOSSELIN.
Depuis 1982, les offices sont célébrés en Breton. La basilique est construite sur une petite montagne d'environ 150 mètres . Sa tour domine à 70 mètres. Pour la gravir, il faut monter 188 marhes en pierres, puis 75 marches en bois pour actionner la descente de l'ange.  Cet ange descend du haut de la tour, en parcourant 150 mètres.
Muet depuis un siècle, l'orgue accompagne de nouveau depuis 2001 les cantiques Bretons.         
                                     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°